• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Retrouvez l'unité FARE de Reims au Salon International de l'Agriculture

FARE est sur le stand de l'Inra et présentera ses travaux sur les biomatériaux et les biocarburants jusqu'au 5 mars 2016.

. © Inra, Gabriel Paës
Mis à jour le 29/02/2016
Publié le 29/02/2016

Toute l'équipe de FARE se relaie sur le stand Inra pour présenter aux visiteurs leurs travaux "De la biomasse végétale aux bioproduits et aux biocarburants".

Les recherches menées dans l’UMR FARE Inra / Université de Reims Champagne-Ardenne concernent la déconstruction de la biomasse végétale pour des usages non alimentaires. Trois thèmes complémentaires sont étudiés :

  • la dégradation au champ des lignocelluloses (résidus de culture, litières) par les microorganismes du sol, pour assurer le maintien de sa fertilité et favoriser les services écosystémiques garants d’une production agricole durable (réduire les intrants minéraux, maîtriser les cycles du carbone et de l’azote)
  • le fractionnement par des procédés biotechnologiques enzymatiques ou microbiens des lignocelluloses, pour la production de molécules d’intérêt pour la chimie et l’énergie, en respectant les principes d’une chimie verte (bioéthanol 2G, molécules tensio-actives à base de sucres...)
  • l’utilisation de fibres et de polymères agrosourcés, pour la réalisation de matériaux composites aux performances d’usage et environnementale particulièrement favorables (légèreté, recyclabilité, biodégradabilité) et de matériaux nanostructurés innovants aux propriétés optiques inédites (films et revêtements de protection).

Sur le stand au SIA :

  • Illustration de la bioraffinerie : de la biomasse végétale au biocarburant, avec un film présentant les étapes principales de la transformation, et une présentation de la complexité structurale de la biomasse végétale
  • Utilisation des plantes fibreuses : extraction des fibres d’intérêt et incorporation dans des biocomposites, avec un film présentant l’étape d’extrusion et des exemples de biomatériaux utilisés dans des véhicules

En images :

. © Inra
© Inra
. © Inra
© Inra
. © Inra
© Inra
. © Inra
© Inra
. © Inra
© Inra
 
Auteur de la photo : Aline Waquet
Impression 3D réalisée par UMR FARE de Reims. © Inra, Aline Waquet & UMR FARE Reims

En savoir plus

Découvrez l’architecture des parois végétales illustrée par impression 3D

L’impression 3D est un nouveau mode de fabrication d’objets en petite série, à condition de disposer de leur description géométrique. Pour cela, un objet peut être scanné en 3 dimensions, et sa structure interne peut être obtenue par tomographie. En utilisant cette approche, une coupe de paroi végétale de quelques dizaines de microns a été préparée et observée par sections successives de 0,3 μm par microscopie confocale de fluorescence (projet ANR Lignoprog).

Les images des sections ont ensuite été assemblées pour reconstituer la paroi en 3D. Après conversion des données dans le format requis pour l’impression 3D, ce modèle de paroi d’une dizaine de centimètres de côté a été fabriqué en acide polylactique en quelques heures.

Il permet d’illustrer à une échelle humaine la complexité structurale des parois végétales. L’acquisition des images et l’impression 3D ont été réalisées grâce à une collaboration avec l’Université de Reims Champagne-Ardenne (plateformes PICT et MasSCA).

Bioconversion des fibres issues des parois végétales : matériaux composites et agromatériaux.. © © INRA, WAQUET Aline

A propos de

Des matériaux renforcés par des fibres végétales pour l’automobile

Comment substituer les matériaux traditionnellement utilisés dans l’intérieur des véhicules par des matériaux d’origine 100% végétale, renouvelables et respectant les contraintes techniques, économiques et environnementales liées à l’automobile ?

Depuis 10 années, l’Inra est associé à l’équipementier automobile FAURECIA, à travers les projets FUI «Biomat» ou ANR «Defibrex» pour réaliser cette substitution pour certaines pièces intérieures automobiles : médaillons, conduits d’air, bandeaux...

Les chercheurs se sont intéressés tout particulièrement à améliorer les performances mécaniques du matériau composite, via la maîtrise de la qualité des fibres et des procédés. Des travaux ont notamment permis de développer des outils dédiés de caractérisation de la morphologie des fibres végétales et de mettre en évidence les morphologies les plus favorables.

Ces recherchent revisitent complètement les concepts de base connus jusqu’à présent dans le domaine des composites à base de fibres de verre.