• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Site Inra d' estrées-mons. © Inra, Aline Waquet

Plateforme agroenvironnementale : les dispositifs Biomasse

Tétraploïdisation en phytotron

Les recherches et expérimentations de tétraploïdisation en phytotron du miscanthus se font en laboratoire de culture in vitro sur le site Inra d'Estrées-Mons.

Mis à jour le 20/07/2016
Publié le 20/07/2016

Pour répondre à l’objectif 7, les scientifiques recherchent d’autres pistes pour augmenter les potentialités de production de biomasse des plantes dans le cadre du projet Futurol R1b-Bis. Une hypothèse de travail est que l’augmentation du nombre de chromosomes chez un individu pourrait se traduire par un “gigantisme”.

Les équipes ont ainsi commencé à doubler le nombre chromosomique de plantes présentant une bonne aptitude à la transformation en bioéthanol mais ne produisant pas assez de biomasse. Ces plantes ont deux jeux de chromosomes (diploïdes) et elles passeront à quatre jeux (tétraploïdes).

Pour cela, le matériel végétal est développé en phytotron à partir d’inflorescences immatures (ensemble de fleurs groupées sur une tige) en mettant en œuvre des techniques de culture in vitro associées à de la colchicine connue pour doubler le nombre des chromosomes contenus dans les cellules. Au final, les scientifiques espèrent obtenir des individus de qualité adaptée et productifs.

. © Inra, AgroImpact
© Inra, AgroImpact
HER - Bourgeon Milieu Phy2 29012015. © Inra, AgroImpact
HER - Bourgeon Milieu Phy2 29012015 © Inra, AgroImpact
. © Inra, AgroImpact
© Inra, AgroImpact
Culture in vitro. © Inra, AgroImpact
Culture in vitro © Inra, AgroImpact
Formation d'une plantule à partir de cellules Enracinement et croissance des plantules
Vue d'ensemble du pilote Futurol, destiné à la production d'éthanol de deuxième génération. Site de Pomacle-Bazancourt, près de Reims.. © © Procethol 2G

A propos de

Le PROJET FUTUROL vise à mettre au point et valider un procédé de production d’éthanol par voie biologique, dit de seconde génération, à partir de la lignocellulose, issue de coproduits agricoles, forestiers, de résidus ou de biomasse dédiée (dont miscanthus). Le projet comprend un grand nombre d’actions de recherche portant sur la production de la biomasse et sa transformation en éthanol.

L’unité AgroImpact a porté plusieurs de ces actions depuis 2009. L’objectif particulier de l’action R1b-Bis (2015-2016) est de tirer parti de résultats acquis sur la période 2009-2014.

En effet, ils ont testé cinq clones de miscanthus dans le pilote Futurol situé près de Reims et repéré un clone de miscanthus qui produit 20 % d’éthanol par tonne de matière sèche en plus par rapport au clone cultivé. Leur objectif est de chercher à améliorer sa production de biomasse par hectare en doublant le nombre des chromosomes de ses cellules.

>> www.projetfuturol.com