• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Unité  AgroImpact  Estrées-Mons. © inra, AgroImpact

Impacts environnementaux

Étudier et quantifier la variabilité des impacts environnementaux pour modéliser les cycles de l’eau, du carbone et de l’azote

L’agriculture biologique est un prototype d’agriculture durable, sur des critères sociaux, économiques, de santé publique et d’environnement. Proscrivant l’usage des produits de synthèses (engrais, pesticides), elle s’appuie sur la diversification des rotations culturales (légumineuses, variétés robustes…), le recours aux engrais organiques et la lutte mécanique contre les adventices, selon une démarche agroécologique. Néanmoins, elle est soumise à certaines questions dont « Quel est son impact environnemental en termes de perte de nitrate ou d’émission de gaz à effet de serre ; quels sont les principaux facteurs limitants de sa production ? ». Le projet ENBIOexpé vise à étudier et quantifier la variabilité des impacts environnementaux, dans une démarche de modélisation des cycles de l’eau, du carbone et de l’azote. Il existe en effet peu de données sur ce sujet en grandes cultures biologiques sans élevage.

Mis à jour le 03/10/2017
Publié le 10/01/2017

Quels enjeux ?

  • Évaluer les performances agri-environnementales de systèmes AB
  • Quantifier les bilans d'azote dans les systèmes à base de légumineuses
  • Produire des références pour les systèmes AB grandes cultures (avec peu ou pas d’élevage)

Quels objectifs ?

  • Caractériser les pertes d’azote en systèmes de grandes cultures AB
  • Identifier les déterminants des pertes de nitrate
  • Associer étude expérimentale et modélisation

Un réseau de 35 parcelles en grandes cultures AB

  • 9 agriculteurs Hauts-de-France
  • 3 saisons culturales : 2014 à 2017
  • 11 systèmes de grandes cultures
  • 3-5 périodes par an : mi-novembre, mi-février, mi-mars, en juin et à la récolte
  • Mesures des stocks et azote minéral du sol (0-150 cm), des biomasses et des teneurs en azote des culture
  • Réseau en synergie avec le projet régional « Agri-Bio » mené par Agro-Transfert Ressources et Territoires et sur trois essais de longue durée de l’INRA à Versailles (78), du FIBL à Thervil (CH) et de l’université d’Aarhus à Foulum (DK)

Partenaires du projet

  • INRA AgroImpact
  • INRA Agronomie Grignon
  • Agro-Transfert Ressources et Territoires
  • FIBL (CH)
  • Université Aarhus (DK)

Quels résultats ?

Ce projet est l’objet de deux thèses de doctorat et d’un CDD d’ingénieur agronome, situés à l’INRA de Laon, sur la période 2014-2017.

Les deux thèses sont conduites de façon autonome pour les acquisitions et en synergie pour la modélisation. La modélisation permettra de tester des hypothèses sur les déterminants du fonctionnement de ces systèmes puis sera évaluée comme moyen de généralisation du calcul des flux d’eau et d’azote et de carbone à plus larges échelles.

A télécharger

Projet ENBIOexpé (pdf)